Faut-il craindre la croissance zéro ?

Plan proposé :

Introduction

  • “Craindre” : deux sens. Dans le premier cas il désigne un évènement qui pourrait se produire, donc une éventualité. Et dans le second se pose un jugement de valeur sur le fait qu’il faille ou non souhaiter que cet évènement advienne.
  • “Croissance zéro” : peut désigner l’absence de croissance économique (c’est-à-dire une croissance de la production de 0 %/an) ou bien la décroissance.

1 — La croissance zéro serait doublement à craindre, tant du fait de sa probabilité que des conséquences funestes qu’elle aurait

  • L’arrêt de la croissance économique ou la crainte des économistes classiques : pour K. MARX, T. MALTHUS et D. RICARDO, la croissance était un phénomène transitoire devant à terme disparaître.
  • L’arrêt de la croissance aurait pour conséquence l’augmentation du chômage (car le taux de chômage est lié au taux de croissance économique selon la loi d’OKUN) et donc une aggravation des inégalités.
  • Cette mort de la croissance pourrait avoir lieu dans un futur proche selon la thèse de GORDON pour qui les rendements des Révolutions Industrielles sont sur une pente descendante.

2 — La croissance zéro n’est pas à fuir mais au contraire à souhaiter

  • L’atonie de la croissance serait seulement due à une phase de crise. Autrement dit le cycle entrerait en phase B, qui est celle durant laquelle des innovations vont apparaître qui vont permettre à un nouveau cycle de débuter.
  • Néanmoins, le capitalisme actuel semble impossible à l’échelle du monde, notamment au regard des enjeux écologiques (cf. rapport Meadows) et du caractère fini de nombreuses ressources.
  • Il nous faudrait alors peut-être même changer de modèle et préconiser la décroissance, c’est-à-dire une baisse de la production, une sortie du consumérisme et un abandon d’indicateurs tels que le PIB.

3 — Sommes-nous à l’aube de l’âge de la croissance zéro ?

  • L’Europe serait actuellement frappée par la “stagnation séculaire” (A. HANSEN, 1939). La croissance économique retrouverait son trend habituel : TCAM (1) de 2,13 % entre 1800-1998 et TCAM de 2,11 % entre 1973-1998.
  • Le renouveau des sources de la croissance ? On peut penser aux pays émergents dont les populations fournissent un apport considérable en termes de main-d’œuvre et de capital humain.
  • La croissance verte comme solution ? Elle permettrait à la croissance économique de devenir soutenable.

Conclusion

  • Il est indéniable que la croissance économique tend à se ralentir de nos jours depuis la crise de 2007-2008. Néanmoins cette situation n’est pas nécessairement vouée à se maintenir, tandis que la décroissance n’est pas forcément souhaitable. La solution serait donc sans doute de changer légèrement de paradigme et d’habitudes de consommation afin de rendre la croissance économique soutenable.

 

(1) TCAM : Taux de Croissance Annuel Moyen

 

À la recherche d’autres sujets corrigés ? C’est par ici !

Si vous voulez en savoir plus sur la loi d’Okun, découvrez notre fiche sur YouScribe.

Explorez nos autres fiches en cliquant sinon !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s